Plante des régions tropicales, le moringa est grandement utilisé en phytothérapie pour l’entretien du bien-être et de la santé. Cette plante médicinale est prisée pour ses vertus préventives et curatives. Mais même si le moringa est un soin naturel, il est important de la consommer dans le respect de la posologie adéquate. C’est important pour la prévention de certains risques. Quels sont les dangers potentiels du moringa pour notre santé ?

Les dangers relatifs à la consommation excessive de moringa

Plante appartenant à la famille des moringaceae, le moringa est un produit naturel grandement utilisé en phytothérapie. C’est effectivement une plante médicinale indiquée dans la prévention et le traitement de différentes maladies. Parmi les troubles et maladies à traiter avec le moringa, il y a par exemple le diabète, l’hypertension artérielle et autres troubles cardiovasculaires, l’ostéoporose, les ulcères, l’hépatite B…

Le moringa oleifera est également efficace dans l’entretien du transit intestinal et le renforcement des défenses immunitaires, le traitement de l’asthénie et de la fatigue intellectuelle. Il est encore un soin détox de choix pour éliminer les toxines et déchets dans le corps et une formule naturelle pour la perte de poids et l’affinement de la silhouette.

Plusieurs parties de la plante moringa sont riches en nutriments essentiels qui entretiennent sa vertu préventive et curative. Les graines et feuilles de la plante moringa contiennent plusieurs vitamines dont vitamine A, B2, B6, B9, C, E… Ces parties de l’arbre de vie contiennent également d’éléments nutritionnels comme le calcium, le potassium, les protéines, des acides aminés essentiels…

Même si le moringa est un produit 100% naturel, il doit être pris selon les doses adéquates. A titre indicatif, la dose recommandée est de 8 g/jour.

En cas de non respect de la posologie, l’individu peut souffrir de diarrhée, maux de tête, asthénie généralisée…

Prudence avec les racines et les feuilles de moringa

Les feuilles de moringa sont les parties de la plante de moringa les plus utilisées en médecine traditionnelle et en phytothérapie. Les méthodes d’extraction des éléments nutritionnels qui entretiennent la santé dans les feuilles séchées de moringa sont d’ailleurs aisées et à la portée de tout le monde. Il suffira en effet de préparer une tisane ou une décoction à base de feuilles de moringa et profiter pleinement des bienfaits de cette plante.

Néamoins, il est important de bien respecter les doses. Pour une tasse de tisane, il faut par exemple 2 cuillerées à café de feuilles sèches de moringa. Il est tout à fait possible d’en boire le matin, à midi et le soir en utilisant ces mêmes feuilles toute la journée. La dose totale équivaut alors à environ 8 g/jour et peut très bien aller jusqu’à 12 g/jour maximum. Au-delà de cette dose, les feuilles sèches de moringa peuvent engendrer des troubles dont des maux d’estomac, des malaises et vomissements, des urticaires, etc.

Les feuilles fraiches de moringa sont indiquées pour la préparation de mets divers. Cela permet d’ailleurs de consommer des préparations culinaires succulentes tout en entretenant son bien-être et sa santé. Ces feuilles peuvent par exemple être cuisinées avec de la viande de bœuf, du porc ou encore des légumes divers et ainsi rehausser la saveur des recettes. Toutefois, il faut éviter d’en consommer en très grande quantité. Comme pour les feuilles sèches, cela peut causer des migraines, des douleurs d’estomac…

La poudre de moringa, quant à elle, peut être consommée jusqu’à 12 g/jour. Cela équivaut à 6 cuillérées à café maximum. La poudre de feuille de l’arbre de vie peut être consommée avec de l’eau, de la soupe, des purées, du yaourt, du smoothie, du jus de fruit ou encore comme condiments pour des mets de toutes sortes.

Le moringa étant une plante médicinale de renom, beaucoup de gens pensent que toutes les parties de cette plante sont consommables. Il n’en est cependant pas ainsi. Les racines de cette plante contiennent de l’alcaloïde spirochine qui est d’ailleurs une toxine potentiellement dangereuse pour l’homme. Cette toxine peut engendrer des troubles neurologiques, de l’épilepsie ou encore une paralysie de certaines parties du corps suite à des lésions plus ou moins sévères au niveau du cerveau. En clair, il faut s’interdire la consommation des racines de cette abre de vie.

Consultation médicale conseillée avant une cure de moringa

Le moringa est un produit 100% naturel. Voilà d’ailleurs la raison pour laquelle la plupart des gens ne voient pas la nécessité de consulter un professionnel de santé avant d’en consommer.

Dans le cas ou les parties de la plante moringa, entre autres les feuilles et les graines de moringa, sont à utiliser à titre préventif et que la personne qui s’en sert ne contracte aucune maladie chronique, il est tout à fait possible d’en consommer sans avis médical préalable. Il faudra néanmoins retenir en tout temps que la dose adéquate ne doit pas aller au-delà de 12 g au quotidien.

Le moringa est déconseillé aux femmes enceintes ou qui allaitent. Le taux de vitamines et nutriments contenus dans cette plante peuvent en effet modifier le fonctionnement normal de l’organisme. Pour minimiser les risques autant pour la santé de la mère que pour celle de l’enfant, il vaut mieux s’interdire ce produit naturel pendant la grossesse et tout au long de l’allaitement.

Pour les personnes qui souffrent de maladies chroniques, entre autres les diabétiques, les personnes souffrant d’hypertension artérielle ou d’hypoglycémie, les personnes avec un taux de cholestérol élevé et bien d’autres encore, il est nécessaire de consulter au préalable un phytothérapeute ou un tradipraticien avant de faire une cure à base de moringa. Cela permet en effet de se prémunir d’éventuelles interactions médicamenteuses et ce, même si le moringa est un remède 100 % naturel.