L’Artemisia annua est une plante très utilisée en médecine traditionnelle. On lui reconnaît une propriété antipaludique et une activité antioxydante. Ainsi, l’Artémisinine est la substance active contenue dans cette plante et qui fait objet de nombreuses études dans les laboratoires pharmaceutiques. Cependant dans la pharmacopée ou en médecine traditionnelle, pas besoin d’extraire ce principe actif afin d’utiliser l’Artemisia. Plusieurs méthodes de préparations ont été réalisées et la plante peut être utilisée aussi bien fraîche que sèche. Toutes les méthodes de préparation nécessitent une infusion de la plante fraîche ou sèche. La durée et le dosage d’un traitement à base d’Artemisia sont des facteurs très importants à prendre en compte avant l’administration. Il est donc souhaitable de respecter les posologies recommandées par la pharmacopée. Après plusieurs mois de conservation, l’Artemisia conserve toujours son activité antipaludique, mais perd une partie de son activité antioxydante.

Préparation en infusion

Différentes méthodes de préparation de l’Artemisia

L’Artemisia est une plante saisonnière. Ses feuilles fraîches ne sont utilisées que pendant les mois de développement de la plante, généralement pendant l’été et l’automne. Il est alors important de préparer un stock d’Artemisia pendant la période de croissance. Il peut s’agit d’un stock de plantes sèches, ou d’un macérât aussi bien alcoolique, huileux que glycériné. Tous ces stocks se font à partir de la plante fraîche d’Artemisia.

Préparation du stock de plantes sèches

artemisia sèche
Feuilles d’artemisia séchées

La plante sèche s’obtient en séchant la plante fraîche à l’ombre pendant environ 3 semaines. Le séchage dépend cependant de la température ambiante et de la ventilation du lieu de séchage. Mais le séchage au soleil ne doit pas dépasser un certain temps en fonction de la zone afin d’éviter que la plante s’abîme et perde ses substances actives. Le séchage ne change pas la propriété antipaludique de la plante notamment sa concentration en Artémisinine. Mais elle perd quand même une partie de sa propriété antioxydante.

La plante peut être également séchée dans un four pendant 24 heures. C’est une méthode de séchage rapide qui se fait à une température de 45 °C. Ce mode de séchage tout comme la première méthode, n’a aucun effet sur les propriétés de la plante. Mais avec ce mode la plante ne perd en rien son activité antioxydante.

À défaut d’un four, l’Artemisia peut être séché également au soleil. C’est d’ailleurs la meilleure méthode de séchage la plus simple. En effet, le séchage au soleil permet d’avoir une meilleure concentration d’Artémisinine contrairement aux autres méthodes. Mais le séchage au soleil ne doit pas dépasser un certain temps en fonction de la zone afin d’éviter que la plante s’abîme et perde ses substances actives.

Une fois, la plante complètement séchée, il est recommandé de la mettre hors d’atteinte de la lumière. Vous pouvez donc utiliser des emballages en tissu ou des boites en verre. La concentration en Artémisinine reste bien stable si la plante sèche est bien conservée. Si la conservation est très bonne, la plante peut conserver son activité antipaludique pendant environ trois ans.

Par contre, lorsque les plantes sont séchées au plafond, au bout de trois mois, elles se dégradent et perdent ainsi leur activité antipaludique.

La préparation du macérât alcoolique

Le macérât alcoolique est préparé avec la plante fraîche à laquelle on ajoute de l’alcool. La préparation se fait généralement dans un bocal. L’alcool le plus utilisé est de l’alcool à 95°. Le macérât peut-être filtré après quelques semaines pour la conservation. Sa conservation peut se faire pendant de très longues années. La conservation du macérât alcoolique est d’autant plus longue si le degré d’alcool est très élevé.

La préparation du macérât huileux

Le macérât huileux se fait également avec la plante fraîche d’Artemisia et de l’huile. Comme huile, il est possible d’utiliser de l’huile d’olive. Le macérât sera filtré après de nombreux mois. Il doit être conservé à des températures basses et surtout hors de la lumière. Cela permet de mieux entretenir l’huile de macération et de conserver aussi longtemps que possible les substances actives de l’Artemisia.

La préparation du macérât glycériné

Dans ce type de macérât, la plante fraîche est mise dans un bocal en présence de la glycérine. Le macérât glycériné est moins conservateur comparativement aux autres types de macérât. Vous devez agiter très souvent le bocal pendant au moins 5 mois. Cependant, la glycérine utilisée pour la macération coûte relativement cher surtout en Europe. Notez qu’une glycérine bio est mieux adaptée. Bien qu’elle ne soit pas très pratique, le macérât glycériné est indiqué pour les personnes ne prenant pas de l’alcool.

Artemisia et traitement du paludisme

Depuis des millénaires, l’Artemisia est utilisé pour le traitement de la malaria. Le traitement se faisait à partir d’une infusion de l’Artemisia à froid. Il s’agissait de laisser macérer pendant quelques heures environ 100 mg de plante sèche d’Artemisia dans de l’eau. La macération peut se faire également avec du lait chaud. Le traitement du paludisme avec ce macérât se fait chaque jour et pendant une semaine.

Si vous devez utiliser un macérât alcoolique, glycériné ou une infusion de plante sèche, la posologie adéquate est de deux cuillerées de soupe par jour. Le traitement dure généralement une semaine. Cependant, il est possible de renouveler le traitement deux semaines après si les symptômes persistent.

Plusieurs chercheurs se sont intéressés à d’autres méthodes d’infusion et posologie. Ainsi, Stephen Harrod Buhner suggère une extraction du jus de la plante à l’aide d’un extracteur. Pour la posologie, il conseille une cuillerée à soupe en prise unique chaque jour et durant une semaine. Cette portion serait selon lui plus forte que la substance active elle-même.

La dose et la durée du traitement varient en fonction de la méthode de macération utilisée. Il est donc souhaité de mieux se renseigner sur la posologie et la dose avant tout traitement.

Les extraits d’Artemisia peuvent également être utilisés dans le cadre d’une prévention contre le paludisme. Ainsi, la maison de l’Artemisia, une association très engagée dans la lutte contre le paludisme en Afrique prescrit une infusion journalière d’environ 5 grammes de la plante sèche dans un litre d’eau. Cette infusion peut être prise par des voyageurs en déplacement pour des pays ou régions à risque. Ils peuvent donc à partir de la veille de leur départ prendre cette infusion jusqu’à leur retour de voyage. Pour les résidents d’une région où sévit le paludisme, ils peuvent prendre cette infusion à titre préventif deux fois en semaine.

L’Artemisia et le traitement du cancer

L’Artemisia possède une activité antioxydante capable de détruire les cellules cancéreuses. Selon plusieurs auteurs, la plante permettrait de traiter le cancer du sein, du foie, du pancréas, etc. Ainsi, plusieurs études sont en cours en vue d’apporter des solutions plus satisfaisantes. Cependant, nous ne pouvons pas vraiment donner une posologie adéquate. En effet, la posologie varie d’un chercheur ou d’un thérapeute à l’autre. Veuillez vous rapprocher d’un spécialiste pour avoir plus de renseignements sur la posologie.

Cependant, nous admettons que la posologie dans le cas du traitement d’un cancer serait pratiquement la même que celui du paludisme. Mais il suffit d’étendre la durée du traitement pour avoir l’effet escompté. Des études faites sur des animaux cancéreux montrent qu’au bout de 15 jours, l’Artemisia peut neutraliser toutes les cellules cancéreuses. Cependant, les études approfondies sur l’homme sont en cours d’exécution.

Effets indésirables de l’Artemisia

Comme tout produit médicamenteux, l’Artemisia présente quelques effets indésirables chez certains patients. Il s’agit de

  • nausées légères le plus souvent,
  • étourdissements,
  • acouphènes,
  • douleurs abdominales.

Ces effets s’estompent le plus souvent une fois le traitement terminé.

Artemisia : la plante aux mille usages

L’Artemisia peut être utilisé pour traiter d’autres dysfonctionnements de l’organisme. Il s’agit des maux qui subviennent de façon passagère. Dans la vie quotidienne, nous sommes donc exposés à ces maux. Parfois, ils disparaissent sans grandes mesures curatives. Mais il arrive des moments où il faut prendre les mesures bien appropriées. Au nombre de ces maux passager, on peut citer :

  • Infection urinaire
  • Indigestion
  • Fièvres
  • Douleur intestinale

Pour traiter ces différents maux, la dose d’Artemisia doit être en fonction du niveau de gravité de la maladie. La posologie peut aussi varier selon l’âge du patient.

Que retenir de l’Artemisia ?

L’Artemisia est une armoise naturelle possédant plusieurs vertus médicinales notamment une activité antipaludique et une activité antioxydante. La plante étant saisonnière, il existe plusieurs moyens de préparer l’Artemisia aussi bien pour une utilisation proche que lointaine. La plante peut être donc stockée sous forme sèche, mais également sous forme macérée. La macération peut se faire avec de l’alcool, de la glycérine ou de l’huile.

Le traitement du paludisme à partir de l’Artemisia se fait en fonction de l’extrait utilisé. Les doses et la durée du traitement peuvent varier en fonction de l’âge du patient et du niveau de gravité de la maladie. À titre préventif, il est également aisé de prendre une infusion d’Artemisia, mais à une dose relativement faible. La plante ne présente pas d’effets secondaires de grandes échelles connues du grand public. Cependant, il faut prendre soin de respecter la dose adéquate en cas de traitement palustre. Si vous avez des doutes, contactez un thérapeute pour en savoir plus. Quant au traitement du cancer, la posologie n’est pas encore clairement définie.